La Grande Bourgogne Blanche, une clef dans l’Europe occidentale post-juive

La situation générale s’est dégradée beaucoup plus rapidement que nous ne l’avions anticipé. Pour cette raison nous n’avons pas pu aborder le projet de Grande Bourgogne Blanche.

Ce projet reste plus que jamais un projet d’avenir.

La formation d’un état blanc reste l’horizon à atteindre durant ce siècle en France et les événements donnent toujours plus de poids à cet idéal – et à cette nécessité. Nous ne pouvons cependant pas ignorer l’extrême agressivité de l’Etat et la surveillance généralisée qui se met en place. Les choses bougent si vite qu’il est difficile de planifier sereinement en ce moment.

Au début, Democratie Participative était conçu comme un média devant permettre à des petits Blancs de dire ce qu’ils pensent, peu importe ce qu’en disent les juifs, les marxistes ou les métèques. De « participer ». Au fur et à mesure, la violence de la réaction juive a donné une dimension nouvelle à la démarche. Résister aux juifs pour simplement s’exprimer est devenu une lutte permanente qui a entraîné en retour la formation d’une petite communauté de pensée informelle qui s’exprime ici ou là sur les réseaux ainsi que – mais pas seulement – sur Europe Ecologie Les Bruns.

A présent, le gouvernement d’occupation a juré de nous détruire, par tous les moyens. Ministres et députés en parlent régulièrement, y compris en privé. Pour ne rien dire des juifs. Leurs efforts s’inscrivent plus généralement dans une volonté d’anéantir toute espèce d’opposition mais il est clair que DP est devenu quelque chose dont ces gens veulent impérativement se débarrasser, au plus haut niveau.

Nos lecteurs l’ont bien compris et nous soutiennent parce qu’en permettant à DP d’exister, ils tiennent tête au gouvernement juif par procuration.

Tout ceci pour dire que tout se développe organiquement, en dépit des difficultés. Compte tenu des moyens déployés par l’Etat pour nous écraser, nous avons plutôt bien travaillé. Mais nous pouvons faire plus, sur la durée. Personnellement, je vois ça sur la longue durée. Ne serait-ce que parce que nous n’avons pas le choix et qu’il est hors de question de se laisser ensevelir sous des millions de nègres et de mahométans sans réagir.

Il y a une satisfaction dont je dois parler ici et que certains trouveront étonnante, c’est celle d’avoir contribué à normaliser le soutien financier bénévole à un média en ligne. Je ne parle pas d’argent pour l’argent, mais du fait qu’un nombre croissant de gens comprennent qu’il y a un lien entre ce qui peut être fait en ligne en 2021 et son financement. Il y a dix ans, les gens vous insultaient si vous laissiez la possibilité de faire un don. La possibilité – j’insiste, pas l’obligation. Des tas de gens explosaient de rage et vous insultaient, vous prêtant d’infâmes desseins. Aujourd’hui, c’est totalement banal.

Cependant, quand on voit les machines à cash comme Mediapart, il est miraculeux que nous tenions debout. C’est l’autre face de cette médaille : l’incroyable disproportion de moyens en faveur de la gauche. Les médias de gauche peuvent se financer de mille façons, sans parler du fait qu’ils ne subissent aucune censure. Ils sont non seulement subventionnés par l’Etat mais ils reçoivent aussi des sommes colossales de profs et de syndicalistes déterminés à l’emporter. Nous n’avons pour notre part accès à aucun moyen de paiement hormis Monero. Tout le reste nous est interdit. Et nous sommes censurés avec une virulence qu’aucun autre média ne connaît.

Le fait d’être soutenu par un moyen aussi nouveau qu’une crypto comme Monero est une autre satisfaction : nos soutiens ne se laissent pas décourager. C’est toujours une satisfaction de voir que quelqu’un décide de comprendre l’utilisation des cryptos simplement pour soutenir.

Monero est ainsi devenu la meilleure arme de la résistance aux juifs.

Les juifs anéantissent toujours leur ennemi d’une seule manière : l’embargo. Ils coupent vos circuits financiers. Ce qui est logique puisque les juifs contrôlent le système financier occidental.

Ce sale juif de Tristan Mendès passe ses journées à ça, derrière ses pseudos.

democratieparticipative.digital

Vous n’avez pas idée du fric que la juiverie internationale consacre à ce genre d’organisations-écrans qui nous harcèlent tous les jours. Les pires spéculateurs juifs de New York ou de Londres financent ces organisations terroristes à coffre ouvert. Les moyens financiers ne sont pas une limite aux yeux des juifs.

Quand ce n’est pas carrément avec l’argent volé aux goyim, comme les centaines de millions d’euros que touche la DILCRAH – le département de la LICRA au sein de l’Etat – pour nous faire taire.

Entre 2015 et 2017, cette organisation juive a reçu 100 millions d’euros pour ses campagnes de terreur, Un financement gouvernemental reconduit pour 2018-2020 sous la supervision des rabbins.

Europe 1 :

Rendant hommage à Manuel Valls – présent lundi soir et très applaudi – et à son plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme de 100 millions d’euros lancé au printemps 2015, Édouard Philippe a annoncé qu’un nouveau plan du même type serait mis en oeuvre « pour la période 2018-2020 ». « Un de ses objectifs sera de combattre l’antisémitisme sur internet, en particulier le déferlement de haine qui s’abat sur les réseaux sociaux », a-t-il précisé. « Nous ne laisserons rien passer et vous ne serez pas seuls dans ce combat car ce combat, c’est évidemment celui de toute la République », a fait valoir le Premier ministre devant les responsables communautaires, dont le grand rabbin de France Haïm Korsia et le président du Consistoire Joël Mergui. 

Ces rabbins sont noyés d’argent français pour tuer nos enfants.

Trop des nôtres sous-estiment à quel point les juifs sont à l’épicentre du système qui procède à notre destruction méthodique. Et encore plus d’entre eux sous-estiment à quel point ces juifs s’enrichissent en le faisant.

C’est cette machine génocidaire aux moyens illimités que nous trollons à outrance avec trois bouts de ficelle. Si j’avais les mains sur 100 millions d’euros, je crois que les juifs ne trouveraient plus le sommeil. Je peux vous dire que ces juifs sont actuellement fous de rage à cause de Monero. Monero est probablement la crypto-monnaie la plus antisémite de l’histoire, même si l’histoire des crypto-monnaies est courte.

Si je parle d’argent dans le détail, ce n’est pas parce que j’aime ça mais parce qu’il est impossible de parvenir à faire quoi que ce soit sans. Pour la cause, l’or est essentiel.

Comme disait Mussolini, « qui ne verse pas son sang, verse son argent ».

Personnellement, sauf mes factures d’électricité, je n’ai aucun intérêt pour l’argent. Je n’ai pas d’autre intérêt dans la vie que de me venger de la cruauté des juifs en renversant cette tyrannie sémitique. La vengeance est un carburant extrêmement puissant et j’en surconsomme.

Ici, à Democratie Participative, il nous faut accumuler au fil du temps pour des millions d’euros d’or nazi exclusivement consacré à la résistance raciste et antisémite, souterraine d’abord.

La juiverie peut s’estimer heureuse d’avoir connu 75 ans de répit. Nous verrons de nos yeux la fin de la juiverie en Europe. Une fois la juiverie évaporée, tous nos problèmes seront très simples à résoudre sur le continent. Sans la puissance juive pour semer la haine et la confusion, tout deviendra limpide.

La Grande Bourgogne Blanche est une des clefs vers cette reconfiguration complète de l’Europe  occidentale post-démocratique. Elle est de nature à activer la part de l’imaginaire blanc qu’il nous faut mobiliser pour renverser cette république juive. Ceux qui s’y opposent  ou en rigolent n’auront qu’à proposer une alternative. On verra très vite ces gens retomber dans le silence.

Ceux qui peuvent et veulent s’établir individuellement en GBB devraient rapidement le faire.

Notre système de cooptation servira pour sa part à former un réseau de solidarité le moment venu.